Mon bébé, tu vas découvrir le harcèlement...

 

 

Fini l’innocence de tes premières années et de ces premiers moments de ta scolarité en maternelle, qui t’enveloppaient encore dans un joli duvet protecteur et maternant de tes institutrices, te voilà en CP…

*****

L’école est une chance, la liberté d’avoir le droit d’apprendre et de passer des journées pleines de découvertes intellectuelles, morales et sociales. Mais voilà, au fil des jours j’ai l’impression de te préparer à une entrée en prison : chaque matin, je te laisse au niveau des grilles et on a déjà pris l’habitude de se retrouver au niveau de la récréation où d’un côté bon nombre d’enfants pleurent encore derrière les barreaux, avec simplement leurs petites mains qui cherchent à ne pas lâcher celles de leurs parents, et de l’autre nous, les parents, qui avons le cœur serré mais qui cherchons par tous les moyens à (se) rassurer et de ne pas passer pour le parent surprotecteur.

C’est un peu comme si vous étiez les détenus et nous ceux qui n'avions qu’un droit de visite limité, la peur de l'inconnu, avec pour simple souvenir notre expérience personnelle de la scolarité.  

Il y a aussi les gardiens, les enseignants. On sait et sent bien qu’ils font leur maximum avec les moyens qu’ils ont à leur disposition et que le cap de la petite enfance étant passé, les instituteurs n’ont plus le droit aux atsem, un renfort pourtant si précieux. Alors ils se retrouvent seuls avec plus de 20 enfants différents, en cherchant à faire leur vrai métier, celui de l’instruction, malgré parfois le manque d’écoute de certains enfants ou de soutien de certains parents.

Enfin, il y a les « gangs ». A toi de trouver le bon pour ne pas passer cette longue période de scolarité seul à attendre patiemment que le temps défile. C’est donc aussi à toi de bien t’entourer.

Mon bébé, tu vas découvrir le harcèlement. On l’a bien connu nous, les parents, mais je crois qu’on a été plus épargnés que ta génération, simplement car il n’y avait pas encore les réseaux sociaux. (Je pense que cette différence mériterait bien un nouvel article prochainement) Que l’on ait été harceleur, harcelé ou celui qui arrivait à naviguer entre les eaux tumultueuses de la cour de récréation, mais sans vouloir se mouiller au risque de se retrouver noyé sous les insultes ou les coups, on a tous vécu ou vu le harcèlement et c’est justement ce qui nous inquiète lorsque vient le moment où vous, nos enfants, allez devoir le découvrir à votre tour.

gagner argent

*****

Si tu arrives à être dans cette meilleure catégorie du « ni l’un ni l’autre », je ne t’en voudrai pas de ne pas prendre la défense, seul et publiquement, d’un élève en difficulté. Car ça risquerait de te faire devenir la nouvelle cible et je sais qu’avec ta sensibilité ce serait t’exposer à bien trop de risques. Mais si tu es dans ce cas, j’aimerais que tu viennes m’en parler, pour que je puisse à mon tour en discuter avec les parents de ton camarade afin de trouver la meilleure des solutions pour régler la situation.

Si tu te retrouves à la place de l’enfant harcelé, que ce soit physiquement et/ou moralement, j’aimerai aussi que tu m’en parles. Si un enfant ou un groupe d'enfant s'en prend à toi, j'aurai bien entendu envie d'aller m'en mêler et de voir les parents ou les enseignants.  Mais serait-ce vraiment la solution? Les enfants se feraient alors possiblement sermonner ou punir, mais ils auraient confirmation que tu as peur d'eux et que tu as besoin de ta maman pour te défendre, sauf que je ne serai pas à l'école avec toi. Alors je vais devoir t’apprendre à avoir encore plus confiance en toi et de réussir à t'adapter aux situations que tu rencontres pour les gérer le mieux possible. Et si ça ne suffit pas, alors je trouverai le meilleur moyen de te sortir de là, enfin j'essaierai de ton mon cœur et de toute mon âme, je te le promets. Le CP est une année cruciale pour ton début de scolarité et je ne veux pas que tu vives l’école comme une punition ou un calvaire.

Mais je ne veux pas non plus que tu fasses vivre un enfer à un autre enfant ! Je n’accepterai pas que tu sois harcelé, mais je n’accepterai pas non plus que tu sois harceleur ! Même si tu n’es pas le « plus méchant » avec un camarade qui se fait embêter, rire à une blague sur lui ou l’exclure volontairement lorsqu’il essaie de rejoindre une discussion, c’est aussi jouer un rôle, même secondaire, dans l’enfer scolaire de cet enfant. Alors, sois aussi empathique que possible, mets-toi à la place des autres et réfléchis à deux fois avant de te moquer d’un de tes camarades.

 *****

Ça fait beaucoup de pression pour tes petites épaules, je le sais bien. Et sache que moi aussi j’ai cette pression, cette peur de ne pas t’avoir assez bien préparé. Je ne te demande pas de ne pas être toi-même, de cacher ta personnalité, celle dans laquelle tu es bien dans tes baskets. Je vais simplement devoir tenter de t’apprendre à t’adapter à la situation, car l’école n’est qu’un échauffement à ce qui t’attend dans ta vie future, ta vie d’adulte qui te tend petit à petit les bras.

 

titre

Transparence : Sur certains articles du blog, des liens affiliés (partenariats directs ou indirects, avec ou sans rémunération) peuvent être présents. Cela ne change cependant rien pour toi, ce sont des liens sécurisés permettant uniquement de dire au site ou la marque que tu viens "grâce à moi" et cela me permet d'être, ou non, rémunérée pour le travail de recherches et d'écriture sur le blog! Merci de ta visite car ça me permet de rester motivée à continuer!